LE MOUVEMENT




Début 2020 le « Règlement sur l’utilisation temporaire d’espaces vacants Bienne » est entré en vigueur. Le « CAJ » recherche depuis quelque temps des locaux de remplacement pour le temps de la reconstruction de la « Coupole ». Dans ce contexte, le CAJ a été chargée par la ville de Bienne de soumettre un concept pour l’utilisation temporaire de la rue d’Aarberg 72. Au cours de la même période, les locataires du « X-Project » ont été informés que le bien-fonds de la rue d’Aarberg 72 serait abandonné et que le X-Project devrait déménager au chemin de la Course 62. Cependant, la majorité des locataires du X-Project ne veulent pas quitter le bâtiment de la rue d’Aarberg 72.

La ville exige de ces locataires de déménager tandis qu’en même temps elle propose le même bien-fonds au CAJ comme remplacement pour la Coupole. Cela a provoqué une grande incompréhension parmi les membres actifs des deux institutions. Lors de discussions communes, les parties concernées ont décidé de rechercher une solution commune et de développer un concept.

Cela a conduit à la création de « EnsembleSTARK/GemeinsamFORT ».




Logo EnsembleSTARK


Lors de l’assemblée générale du CAJ du 01 mars 2020, la déclaration suivante a été rédigée avec la participation des locataires du X-Project. Elle a été remise à Madame Silvia Steidle (directrice financière de Bienne) le 03 mars 2020, envoyée aux médias et publiée sur le site Internet ensemble-stark.ch .




Statement

Nous fondons, par la présente, la communauté d’intérêts EnsembleSTARK/GemeinamFORT. Nous agissons au nom et dans l’intérêt des deux organisations du X-Project et du CAJ. En tant que institutions culturelles, nous nous engageons en faveur des habitants de Bienne et environs.

Nous demandons que notre contribution et nos services à la société soient enfin reconnus comme tels. La valeur ajoutée et la participation de nos membres et de nos visiteurs sont tangibles au quotidien et contribuent grandement à la diversité culturelle de notre ville.

Nous – deux institutions culturelles irremplaçables de la ville de Bienne – nous, nous sentons ne pas être compris dans bon nombre de problèmes et avons donc décidé de collaborer plus étroitement. Dès à présent nous représentons ainsi nos intérêts communs avec force auprès du public et des autorités.

Nous avons dû nous battre avec acharnement pour la fondation de ces institutions. Leur maintien et la protection de leurs intérêts sont de la plus haute importance pour l’identité culturelle de notre ville. Les personnes engagées auprès de la culture, assurent une vie intéressante et précieuse au Biennois et Biennoises.

La ville et les habitants ont le devoir de s’occuper de ces institutions. Le CAJ a besoin d’une solution provisoire pour ses activités jusqu’à sa réouverture. Les personnes engagées auprès de la culture et le X-Project n’ont pas besoin d’un déménagement, mais d’un espace supplémentaire au Rennweg 62. Bien que les capacités des deux institutions soient déjà à leur limite, elles reçoivent régulièrement de nouvelles demandes d’espace libre. Cela montre qu’il existe une forte demande pour d’autres locaux de ce type dans la ville de Bienne.

Nous, le CAJ et le X-Project, formons une alliance et unissons ainsi nos forces !





CAJ
Coupole




ANNÉE DE FONDATION
1900
Mouvement CAJ



Année d'ouverture
1968
Coupole



Visiteurs
0000
par an



En printemps 2020, le CAJ de Bienne fait mémoire sur plus de cinquante ans d’histoire. Lors d’une manifestation de solidarité avec le mouvement CAJ de Zurich en juillet 1968, la demande d’un centre de jeunesse autonome à Bienne est apparue pour la première fois. Un premier jalon a été élaboration par un manifeste de 33 articles en septembre 1968, dans lequel le comité d’action provisoire a tenté de mettre en mots l’utopie d’un CAJ – les principes directeurs centraux sont toujours valables aujourd’hui, par exemple :

„1. Le centre autonome de jeunesse est ouvert à tous.
2. Celui qui l’utilise est responsable.
3. C’est administré par l’assemblée de ses utilisateurs.“

Après nombreuses et difficiles négociations avec la ville, le CAJ reçoit finalement l’ancienne usine à gaz de la ville afin d’y établir un centre de rencontre et de culture. Une longue phase de reconstruction commence. La Coupole, qui avait été utilisée auparavant de manière industrielle, a été transformée par des jeunes de leur propre initiative de 1971 à 1975 et est devenue dans les années suivantes le centre des premières manifestations, de divers groupes de travail et de l’auto-organisation.

Au début des années 80, l’espace se fait rare et après l’occupation de l’usine Elfenau, le CAJ se voit attribuer la « Villa Fantasie » juste derrière la Coupole. La Coupole devient de plus en plus un lieu d’événements animé et culturellement diversifié. Cependant, avec l’utilisation vivante, les besoins de rénovation deviennent également de plus en plus visibles.

En 1993 des semaines culturelles et des manifestations pacifiques ont utilisées pour démontrer ces besoins. Le conseil municipal a finalement répondu à la demande, et la Coupole a pu être rénovée en 1994-96 grâce à un prêt de la ville.

Aujourd’hui, 25 ans plus tard, la prochaine grande rénovation et le remplacement de la Villa Fantasie sont prévus.

Actuellement, le centre autonome de jeunesse (CAJ) de Bienne est un réseau composé de divers projets socioculturels. Organisés en groupes d’activités indépendants (GE) comme l’asile de nuit « Sleep-In », le magasin d’information « Chat Noir », le collectif d’événements « Plutôt Kaos » ou l’école de cirque « Zircologik ». Les groupes de travail (AG) agissent sur ordre direct du CAJ et effectuent les travaux opérationnels nécessaires. Le GT « Chessu », en tant qu’exemple le plus important, organise et coordonne les événements dans la Coupole/Gaskessel, le bâtiment principal du CAJ.

Aujourd’hui encore, l’opération est réglementée par un collectif d’organisateurs qui est constamment reconstitué. La Coupole est l’un des rares espaces socioculturels ouverts et a été utilisée comme un important lieu de rencontre depuis le début.

Avec 70’000 visiteurs par année venant de toute la Suisse, actuellement le CAJ est devenu le centre culturel le plus important de la région de Bienne. Le CAJ est une association légale depuis 1978. Son organe suprême est l’Assemblée générale (VV), qui se réunit régulièrement. Dans les années 1980, l’Assemblée des usagers (BV) a remplacé le comité initial et depuis elle réglemente chaque semaine les préoccupations des différents groupes et projets du CAJ. En tant que centre de jeunesse « autonome », c’est-à-dire qui s’autogère, ces réunions sont publiques, fonctionnent généralement sur une base démocratique et par consensus. Tout le monde a le même droit de parole, même les nouveaux venus.

Le CAJ a et va rester un lieu où vous pouvez décider par vous-même et réaliser des idées sans être limité par des conventions et des règles sociales mais avec des limites fixées en interne. Le lieu est ouvert à tous ceux qui veulent participer et avoir leur mot à dire : la composition du collectif change sans cesse, les valeurs et les connaissances issues des projets sont transmises en permanence. C’est ainsi qu’il a marqué de son empreinte des générations dans la région de Bienne : comme lieu de rencontre pour des alternatifs ou comme lieu où les travailleurs culturels, les subversifs et bien d’autres peuvent trouver un espace pour leur épanouissement. La tradition du CAJ est synonyme d’auto administration, de tolérance envers les sous-cultures et les groupes marginalisés ainsi que d’ouverture à la nouveauté.

Le CAJ a été ajouté à la liste suisse du « Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO » en 2017. L’objectif de cette liste est de promouvoir la reconnaissance, la valorisation et la préservation du patrimoine culturel immatériel.








Actuellement, le CAJ se compose des groupes de travail et d’activités suivants:

AG Umbau/Raumersatz Villa Fantasie (traite des sujets de construction)
AG Chessu (collectif pour l’exploitation/gestion de la Coupole & ses événements)
AG Wohnungsnot (préservation de l’espace ouvert à Bienne)
AG Buch/Archiv (traitement de l’histoire du CAJ sous forme de livre)
BIEL EN FLEUR (engagement en faveur de la biodiversité)
eBrain (association, technologie de la communication et de l’information du CAJ)
Infoladen Chat Noir (localisation de l’Archive du CAJ, activités politiques)
In Flagranti (collectif pour l’exploitation/gestion de la Villa Fantasie)
Plutôt Kaos (groupe de travail pour assurer la participation, nouvel organisateur)
Sleep-In (l’asile de nuit)
Schrottbar (communauté alternatife de travail et de vie)
Zircologik (école de cirque et de théâtre)
Zukunft Chessu (visions et questions du CAJ)




Site Internet du CAJ




CAJ
Villa Fantasie/association In Flagranti




Année d'ouverture
1900
Villa Fantasie / Zonderbar



Année de fondation
1968
Association ``In Flagranti``



Regroupements
0
Groupes



Lorsque le désir de disposer de plus d’espace s’est fait sentir il y a quarante ans, des jeunes ont occupé l’usine « Elfenau ». Le CAJ a reçu comme objet d’échange la Villa Fantasie dans la rue Alexander-Schöni 26, où se trouvaient auparavant le service municipal de conseil pour les jeunes, la ligne téléphonique d’urgence « Knack », le centre d’animation pour les jeunes et le centre de chômage.

Le « Zonderbar » a été créé et a dirigeait la « Villa ». Lorsque le bâtiment a été dévasté en 1983 le projet a été reconsidéré et l’association »In Flagranti » a été créé et a fourni un espace socioculturel. La Villa a été rénovée pour 60.000.-, car le besoin d’un club de jeunes existait encore, ce qui a abouti à la fondation de l’association In Flagranti.
Au début des années 1990, avec la fondation de l' »underground », les activités sont passé dans les horaires nocturnes. Avec le déplacement du centre, des tensions sont apparues, qui ont provoqué le déplacement de l' »underground ».

Les locaux libérés ont été utilisés comme studios de musique, studios de graffiti, sérigraphie et « école autonome ». La Villa s’est développée en groupes séparés et l’In Flagranti était géré par le CAJ, ce qui a fait que l’usage commun du bâtiment a été oublié. Actuellement, la Villa Fantasie est relancée par ses nouveaux utilisateurs et gérée avec l’aide des anciennes structures associatives de l’In Flagranti.








Regroupements actuels dans la Villa Fantasie :

2Fresh (DJ Studio)
90 90 Rambel (salle de musique, rock)
Aktion47 (studio de musique, club de jeunes semi-public)
Autonome Schule (école de langue)
DJ Ker (DJ Studio)
Freedom Warrior (DJ Studio, reggae)
G.C. UP (bande du garage)
Mozzi (rap Studio)
Zirkologic (salle de stockage)




Association In Flagranti




X-Project




ANNÉE D'OUVERTURE
1900
Rue d'Aarberg 72, 2503 Bienne



Projets
0
avec environ 300 locataires



Visiteurs
000
par an



De la fin des années 80 à la fin des années 90 dans de nombreux endroits le nouveau courant d’intérêts des jeunes a été exclus par la générations aînée. C’est pourquoi une première communauté de rappeurs, graffeurs et breakdancers s’est formée dans le CAJ. Lors de la première réunion commune dans la Coupole en 1992, ils ont fondé l’association « Bienne Xtra-large », qui avait pour but de créer un centre culturel pour le mouvement Hip-Hop biennois. Pendant deux ans, l’association a été locataire à titre privé dans l’ancienne « Pianofabrik » et a reçu une petite subvention du fonds pour la jeunesse. Après 5 ans l’association c’est dissous à cause de manque de moyens aux niveaux de possibilité d’emplacement. Cependant, l’idée est restée et a été poursuivie et réalisée avec l’aide du « Streetwork ».

Grâce à un référendum positif et l’autorisation de la ville de Bienne, l’ancien bâtiment de Swisscom à la rue d’Aarberg 72 a été libéré pour un usage privé en année 2000. Après une phase de rénovation de deux ans, la nouvelle maison de la culture pour la jeunesse a ouvert ses portes sous le nom X-Project avec des objectifs de participation, de prévention et d’intégration.

En 2014, le X-Project a été élu « Biennois de l’année ». Néanmoins, un an plus tard seulement, la ville a décidé que le X-Project devait quitter cet emplacement central et optimal.

Actuellement, le X-Project compte plus de 30 projets avec 300 locataires sur une surface de 2’900m2 et est visité chaque semaine par plus de 450 utilisateurs. L’offre comprend des projets sportifs, artistiques, graphiques, musicaux et socioculturels pour tous les groupes d’âge. De plus, il y a chaque année plusieurs grandes manifestations qui attirent des gens de toute la Suisse.

Le X-Project offre aux jeunes un espace et la possibilité de mettre en oeuvre leurs idées et leurs projets de manière indépendante. Cela contribue au développement personnel et crée une grande variété de liens et de constellations grâce à la diversité des projets et des personnes de toutes origines. Le X-Project est et a déjà été un tremplin vers le professionnalisme pour de nombreux travailleurs culturels.








Projets actuels du X-Project:

B.I.T.H (vidéo, photo)
BARS (musique, baby-foot)
BN KIZUM (hip-hop, rap)
Capsule Academy/TeKi TeKua (école de danse)
Capsule Corporation (breakdance)
Crux bouldering (salle à bouldering)
Hood Brawl (deathmetal)
Inx (tattoo)
Jun’ai (hip-hop, funk, new soul)
King Records (hip hop, rap)
Kompost Kollektiv (atelierd’art)
L’Evidence (hip hop, rap)
Skatepark TRBC/Loud /Loud Minority (skate, blade, BMX, scooter)
Leg Ente/Malalatete/The Wolf and the Red Hood (reggae, different styles de musiques)
ONC (recyclage et art)
PJ BIENNE (politique, parlement des jeunes)
Psychedelic Town (rock psychédélique)
RHXZ (hip-hop, rap)
Sosa (hip-hop, rap)
The Critical Experience (psychédélique indie rock)
Treehouse (hip hop, rap)
Tschernobiel (hip hop, rap)
Unknown Project (électro, minimal)
XBROS/HGK/Dirty D Filmz (graffiti, studio d’art, vidéo)




Site Internet du X-Project